Illustration du Site de l'assosciation de professionnels de santé du bassin lunellois

Réseau de santé pays de Lunel

La santé est un terme générique : tous les acteurs et les organisations oeuvrant pour la santé ont un seul et même objectif : maintenir en santé et soigner les humains.

Selon l’OMS, “la Santé est un état de complet bien-être physique, mental et social, qui ne consiste pas seulement en une absence de maladie ou d’infirmité.”

Le réseau santé du Pays de Lunel compte la présence de nombreux professionnels de santé médicaux et paramédicaux libéraux et également la présence de nombreuses structures.

Face à la crise sanitaire exceptionnelle qui nous touche, des professionnels de santé libéraux du Pays de Lunel, ont eu à cœur de s’adresser à la population du bassin.

Pour en savoir plus le Réseau Santé Pays de Lunel vous invite à découvrir sont site


photo d'une femme allongée sur un lit d'hopital avec un appareil respiratoire pour l'apnée du sommeil

Apnée du sommeil

Que sont les apnées du sommeil ?

Les apnées du sommeil sont des absences de respiration intermittentes durant le sommeil, dues au relâchement des muscles qui contrôlent la langue et le voile du palais pour maintenir les voies aériennes supérieures ouvertes. Elles peuvent survenir de 30 à 500 fois par nuit et durer de 60 à 90 secondes. Elles entraînent une diminution de la quantité d’oxygène disponible dans le sang et provoquent de nombreux micro réveils qui nuisent fortement à la qualité sommeil avec à terme, des risques cardio-vasculaires et vasculaires cérébraux.

Qui est concerné par les apnées du sommeil ?

5 à 7 % des Français seraient victimes d’Apnées de Sommeil, mais seulement 15 % d’entre eux seraient diagnostiqués. Afin de lutter efficacement contre la maladie et d’en éviter ou d’en réduire les conséquences, le dépistage doit survenir le plus tôt possible. Il consiste en un enregistrement du sommeil et peut se réaliser à l’ hôpital ou à votre domicile.

Quelles sont les conséquences des apnées du sommeil ?

A court terme, la perturbation du sommeil engendre des risques de somnolence durant la journée, les personnes s’endormant de manière brusque et inattendue, risquant ainsi des accidents domestiques ou professionnels, ainsi que des accidents de la route. Quand on sait que près d’un tiers des accidents mortels sur autoroute sont dus à une somnolence, quelle est la proportion de ceux qui sont liés aux Apnées du Sommeil ?

A long terme, le coeur travaille davantage durant les pauses respiratoires pour compenser la baisse d’oxygénation du cerveau, entraînant une fatigue cardiaque et donc un risque majeur d’ hypertension artérielle, d’ accident vasculaire cérébral et d’ infarctus.

Quels sont les signes des apnées du sommeil ?

Souvent, le conjoint est alerté car témoin des deux manifestations les plus fréquentes : les ronflements et les arrêts respiratoires durant le sommeil. D’autres signes peuvent aussi alerter : s‘endormir dans la journée, se sentir continuellement fatigué, être déprimé ou irritable… Ce ne sont pas seulement les signes d’une époque où tout va trop vite !

Existe-t-il un traitement des apnées du sommeil ?

Le traitement le plus fréquent est la ventilation par pression positive continue (PPC). Il consiste à porter, durant le sommeil, un masque nasal raccordé à un appareil qui souffle de l’air sous pression, afin d’ouvrir les voies aériennes. Dès les premières nuits, les personnes appareillées ne font plus d’apnées, leur vigilance revient et les troubles du sommeil diminuent ou même disparaissent.

Il existe également des  orthèses d’avancée mandibulaire qui permettent d’avancer la mâchoire et de dégager le pharynx pour laisser passer l’air. Ces appareils sont moins contraignants, mais d’une efficacité moindre comparé au traitement de référence.

En cas d’échec de ces traitements et s’il existe des anomalies anatomiques de la sphère ORL ou maxillofaciale, une opération peut également être envisagée.

La Fédération Française des Associations et Amicales de malades, Insuffisants ou handicapés Respiratoires (FFAAIR) est une association loi 1901 au service des malades et de toutes les personnes qui se posent des questions sur les maladies respiratoires (BPCO, Asthme, Insuffisance Respiratoire…) et sur le souffle.

La FFAAIR est également impliquée dans certaines pathologies en rapport avec le souffle ou la respiration, comme le Syndrome d’Apnées du Sommeil.

Site web : http://www.ffaair.org/

Pour tout diagnostic, nous vous invitons à prendre rendez-vous avec le Docteur ALINAT Cédric.

Prise de rendez vous Doctolib en cliquant : ICI 


Santé info droit pratique

Voici les 8 éléments clés pour améliorer son bien-être physique et mental :
Lisez bien entièrement les paragraphes car des astuces, des conseils, des vidéos, un lien gratuit pour des cours de sport en ligne, et des liens PDF vous attendent…


1- Une bonne alimentation. Alimentation équilibrée, fruits et légumes bio quand c’est possible, limiter les graisses et les sucres. Enrichissez modérément votre alimentation avec certaines plantes ou épices comme le curcuma (avec poivre noir), gingembre, cannelle : ces substances ont des vertus anti-inflammatoires, antiseptiques, etc. Le curcuma serait même « anti-dépresseur ». Par exemple, faites une boisson avec de l’eau chaude, du miel bio, du citron bio, et de la cannelle. Enfin, buvez régulièrement de l’eau par petites quantités et attention à vos aliments acidifiants / alcalinisants. En effet, une alimentation moins acidifiante et plus alcalinisante peut réduire votre fatigue, les inflammations, etc. Pour plus de renseignements à ce sujet, regardez ce que l’on appelle l’indice PRAL de vos aliments (indiquant si l’aliment est acidifiant ou alcalinisant).

2 – Un bon sommeil et une micro sieste quotidienne. Bonne literie, se coucher tôt quand c’est possible, aérer la pièce avant de dormir, se relaxer grâce à la respiration, infusion relaxante, etc. Pour avoir de nombreux conseils pour bien dormir, vous pouvez télécharger gratuitement ce pdf de 29 pages proposé par l’INPES (Institut National de Prévention et d’Education pour la Santé). Vous pouvez également lire mon article qui vous donne 2 conseils pour mieux vous endormir. Enfin, pensez à vous allonger 5 à 10 minutes par jour mais pas plus (à l’heure du midi par exemple). Rien que le fait de s’allonger sans dormir permet au corps de se régénérer, de se détendre, de récupérer, de lâcher prise, etc.


Vous êtes Diabétique de Type 2

Vous avez des questions?
Sur la Maladie, vos Droits, les Traitements…
La Maison de Santé Lunelloise
Vous Propose un Programme d’Éducation Thérapeutique
« Je suis diabétique, mais les complications très peu pour moi ! »

Programme en 3 étapes
Étape 1 Entretien Individuel : 1h
Étape 2 Ateliers Collectifs : 1h-1h30
Étape 3 Synthèse Individuelle : 1h

Comprendre la maladie, le traitement
Développer une autonomie de soins
Acquérir un savoir-faire
Apprendre à prévenir les complications
Vivre mieux avec son diabète

Informations et Inscription Gratuite
à La Maison De Santé Lunelloise.


Conseils Pratiques Alimentation

Conseils pour une alimentation saine

Les conseils ci-dessous sont utiles également pour les personnes qui ont guéri d'un cancer. Un poids sain, une alimentation équilibrée et une activité physique suffisante contribuent à réduire le risque de récidive ou de nouveau cancer.

Nos conseils

(cliquez sur les termes en bleu pour connaître les recommandations en la matière)

  • Conserver un poids santé

Maintenez votre poids dans des limites où il ne vous expose pas à des problèmes de santé* et évitez de prendre du poids à l'âge adulte.

* poids de santé = indice de masse corporelle (IMC) compris entre 18,5 et 24,9 kg/m2.

  • Bouger

Intégrez l'activité physique à votre vie quotidienne : marchez le plus possible (au moins 30 minutes par jour) et restez le moins possible assis.

  • Manger beaucoup de céréales complètes, de légumes, de fruits et de légumineuses

Faites en sorte que les fruits et les légumes (au moins 5 portions, soit 600 g, par jour), mais aussi les produits à base de céréales complètes et les légumineuses, constituent une part importante de votre alimentation quotidienne.

Mangez peu (maximum 500 g par semaine) de viande rouge, comme du bœuf, du veau, du porc et de l'agneau. Ne consommez pas de viande ayant subi une transformation (charcuterie, jambon, pâté, salami, saucisse, viande hachée...).

  • Eviter les boissons sucrées

Buvez principalement de l'eau et des boissons non sucrées.

  • Consommer le moins d'alcool possible

Pour prévenir le cancer, il vaut mieux ne pas boire d'alcool. Limitez votre consommation à maximum une (pour les femmes) à deux (pour les hommes) consommations par jour.

Essayez de trouver les éléments nutritifs dont vous avez besoin uniquement dans les aliments.

  • Pour les jeunes mamans : allaiter votre bébé si possible

L'allaitement est favorable à la santé de la mère et de l'enfant. Il peut aider à réduire  leur risque de cancer et d'autres maladies pour tous les deux.

Garder un poids sain

Outre une alimentation équilibrée, d'autres habitudes permettent d'éviter le surpoids et l'obésité, qui sont également des facteurs de risque du cancer. Découvrez tous nos conseils pour contrôler votre poids.


Centre de Dépistage VIH et hépatites

VIH et IST : Se faire dépister en France dans un CeGIDD

Centres gratuits d'information, de dépistage et de diagnostic (CeGIDD) des infections par les virus de l'immunodéficience humaine, des hépatites virales et des infections sexuellement transmissibles (01/04/19).


Calendrier Vaccinal 2019

La politique de vaccination est élaborée par le ministre chargé de la santé qui fixe les conditions d’immunisation, énonce les recommandations nécessaires et rend public le calendrier des vaccinations après avis de la Haute autorité de santé.

Le calendrier vaccinal fixe les vaccinations applicables aux personnes résidant en France en fonction de leur âge, émet les recommandations vaccinales « générales » et des recommandations vaccinales « particulières » propres à des conditions spéciales (risques accrus de complications, d’exposition ou de transmission) ou à des expositions professionnelles.

Depuis mai 2017, le Comité Technique des Vaccinations est devenu la Commission Technique des Vaccinations, rattachée à la Haute Autorité de Santé (HAS).

Les recommandations vaccinales formulées antérieurement par le Haut conseil de la santé publique (HCSP) demeurent valables, ses missions autres que celles transférées à la HAS sont conservées.